L’armée française 1934-1945

L’armée française 1934-1945

J’ai retrouvé, dans mes archives, ce texte commis à une époque (1995) où je me suis retrouvé sur les bancs de la faculté de Rennes (25 ans après ma première expérience universitaire !). C’est une analyse qui n’a rien d’exhaustif puisqu’elle répond à la commande d’un texte court (10 pages maxi, avait dit le professeur …) alors que le thème pourrait certainement occuper plusieurs volumes.
Il est évident aussi que cette analyse est personnelle (elle s’appuie sur une étude de documents divers puisque je n’ai pas moi-même vécu la période incriminée) et donc sujette à réactions : n’hésitez pas à me faire part de vos désaccords, si besoin …(clic sur « contact« )
Je joins en annexe l’explication des sigles utilisés puisque, pour les plus jeunes, certains ne veulent plus dire grand’ chose.

medaille.jpg
la médaille militaire (obtenue à titre posthume …) de mon grand’oncle, Abel Allain, tombé le 26 avril 1917 au Mont Cornillet (Marne)

L’ARMÉE EN FRANCE

Face à la NATION et à la RÉPUBLIQUE
– 1934-1945 –

Depuis l’An II, où apparaissent les vertus d’une armée populaire et républicaine, la masse des citoyens, hommes politiques et militaires compris, semble d’accord sur le rôle que doit remplir l’armée : elle existe pour défendre. S’il y a consensus sur l’objet à défendre (le territoire national et ses occupants), l’appel à une conscience unitaire et patriotique devient plus délicat lorsqu’on aborde l’aspect moral du problème : chacun a ses valeurs et les citoyens sont vite en désaccord sur ce qu’ils entendent par « nation ». En effet, le régime en place représente-t-il bien cette nation et défendre la nation revient-il à défendre indistinctement, suivant qui la gouverne, la République, ou l’Empire, ou la Monarchie restaurée, ou tout autre forme d’organisation nationale ? Rien n’est moins sûr et les dissensions se retrouvant alors sur les champs de bataille, bien des guerres, combats patriotiques à l’origine, se transforment-elles en lutte franco-française. Ces faits d’histoire amènent Marc Ferro à écrire que, mis à part le Grande Guerre de 1914-1918, « la France n’a pas tant le génie des armes que celui de la guerre civile. »

Depuis l’affaire Dreyfus où l’armée se retrouve au cœur du problème qui divise la France, l’on remarque que la Gueuse et la Grande Muette semble observer une sorte d’accord tacite qui les empêche de se mêler, l’une l’autre, des affaires concernant chacune. La Première Guerre Mondiale, où l’élan patriotique apparaît sans faille, illustre bien ce statut quo : affaires militaires et politiques sont, bien sûr, étroitement mêlées mais chaque antagoniste fait en sorte d’étouffer ses propres états d’âme par rapport à l’autre pour aller vers le même but : défendre la nation républicaine.

Ce parti pris de non-ingérence va se trouver mis à mal à la fin des années 1930 et cette situation semble être, paradoxalement, le fruit d’une victoire militaire (1918) que la nation est incapable de surmonter. L’armée du 11 novembre 1918 symbolisait le ciment fraternel où le pays tout entier s’était soudé face à l’ennemi héréditaire. La décennie qui précède la Seconde Guerre Mondiale lui laisse-t-elle la même place ? en 1934, l’armée se trouve confrontée à une situation de guerre civile latente. Cinq années plus tard, elle est au pied du mur et tout bascule alors.

Notre propos sera donc de montrer que, durant la période 1934-1945, l’armée française est amenée à se situer par rapport à une République et à une Nation en crise : crise politique intérieure où resurgissent les combats séculaires mais aussi crise intellectuelle et morale face à un monde en pleine évolution alors qu’aux frontières du pays s’affirment des totalitarismes de formes diverses.

Une analyse systématique et exhaustive des divers aspects de la situation de l’armée face à la Nation et à la République semblant difficile dans l’espace réduit de cet exposé, parti a été pris d’essayer de mettre en lumière les différents points du problème en privilégiant l’étude de quelques faits ou situations symptomatiques de l’évolution de la notion d’armée.

1934-1939 :
UNE ARMÉE FACE À UNE RÉPUBLIQUE VACILLANTE
ET À UNE NATION DIVISÉE.
POLITIQUES et MILITAIRES : la MÉFIANCE.

Le 6 février 1934 reste le jour où se sont stigmatisées les opposition au régime, oppositions venus de tous horizons. Aux difficultés intérieures (politique de déflation qui entretient une crise à perpétuité et laisse une population laborieuse sans défense contre le chômage) viennent s’ajouter de graves inquiétudes sur la situation internationale (avec, entre autres, l’échec de la Conférence de Genève sur le désarmement dès octobre 1933). C’en est fini de l’idée de sécurité collective et face aux agissements de l’Allemagne, la peur de la guerre devient une réalité tangible.

L’émeute du 6 février fait donc que rien n’est plus comme avant : le régime cède sous la pression de la rue. Au début du siècle, la république de Clemenceau ou de Briand aurait fait appel à l’armée pour rétablir l’ordre. En 1934, il n’en est rien : Daladier ne répond pas à l’offre du général Herlaut de faire monter sur Paris son régiment de char.

Méfiance des hommes politiques ? Il faut dire que l’entente entre civils et militaires n’est pas au mieux. L’anti-parlementarisme est de bon ton dans les milieux du haut commandement où il est dans la tradition de se méfier des hommes politiques en général, « tous ceux qui profitent des souffrances et de la mort des autres pour faire de belles phrases et de gros bénéfices ». L’attribution de chacun évoquée par Weygand dans ses Mémoires (« Rappelé au service ». Paris 1950) donne une idée de ce refus des militaires de prendre position dans le domaine politique : « il n’y a pas deux pouvoirs dans l’État mais un seul, le pouvoir civil qu’exerce le gouvernement en toute autorité. Il y a un chef militaire n’ayant autorité que sur l’armée et qui doit obéissance au gouvernement. »

poilu.jpg

L’HÉRITAGE de la GRANDE GUERRE.

A la veille du Front Populaire, l’armée, dans son ensemble, n’est pas vraiment anti républicaine (même si quelques-uns restent farouchement opposés à la Gueuse, citons encore Weygand qui se contredit alors en affirmant en substance après la défaite « si je n’ai pas eu le Boche, j’ai tout de même réussi à mettre le régime par terre. »)

Paradoxalement, à un moment où une unité patriotique aurait été indispensable, l’armée française est profondément divisée, à l’image, d’ailleurs, de la société civile. Il y a un semblant d’union, certes, au travers de la fraternité des anciens de la Grande Guerre. Au poids psychologique des 1 350 000 Poilus restés dans les tranchées s’ajoute la présence bien réelle des 5 200 000 rescapés qui se retrouvent dans les différentes associations d’anciens combattants. Ici, la division est nette : si les Croix de Feu mobilisent au sein de l’UNC, les socialistes peuvent compter sur la FRAC et les communistes sont présents avec l’ARAC. Ces différentes tendances sont toutes aussi nombreuses le 6 février 1934, Place de la Concorde : les Nationalistes de l’UNC y côtoient les Ultra Pacifistes de l’ARAC. L’ensemble des mobilisables, qu’ils soient anciens combattants ou fils de ceux-ci, partira donc avec des idées politiques bien divergentes.

Louis_Houede.jpg

Mon grand’père, Louis Houédé, revenu blessé de la Grande Guerre. Ses deux frères, mobilisés dès le départ, n’ont pas eu cette chance (!) : Joseph est mort le 2 octobre 1914 à Beaucourt (Somme) des suites de ses blessures et, 3 semaines plus tard, Appolynaire est abattu à Givenchy la Bassée dans le Pas de Calais (25 octobre 1914)

UNE ARMÉE AVANT TOUT DÉFENSIVE

Les cadres de l’armée qui sont pour la plupart des « anciens de 14 », se réfèrent également à cette mythologie du sacrifice héritée des hauts faits de la Grande Guerre. Prenant en compte l’énormité du sacrifice humain consenti alors, il y a chez eux un souci constant de ménager désormais le sang français, idée plus nuancée mais à rapprocher du « plus jamais ça » des poilus revenus, vaille que vaille, à la vie civile. Cette volonté d’économie des forces vives pousse l’armée à opter pour une politique essentiellement défensive, politique énergiquement défendue par la tranche non belliqueuse, pour ne pas dire pacifiste, de la hiérarchie militaire. Cette prise de position répond d’ailleurs aux souhaits de la Nation et renforce donc dans l’esprit français l’idée d’une armée au service du pays (l’esprit de conquête n’est plus populaire).

Sur la situation même de l’armée à la veille de la Drôle de Guerre, les avis sont partagés au sein du haut commandement militaire mais tout le monde s’accorde sur la nécessité d’une propagande officielle qui présente l’armée française comme la meilleure d’Europe (le défilé du 14 juillet 1939 est à ce niveau un modèle du genre). Bon nombre de gradés de haut rang pensent que c’est vraiment une réalité …Mais certains, tel le général Vuillermin, sont alarmistes, surtout au regard de la situation de l’aviation. D’autres sont sceptiques sur l’utilité du maintien d’une infanterie « reine des batailles » et pensent plutôt que la force mécanique est promise à un bel avenir. Ainsi, un militaire obscur, Charles de Gaulle, écrit-il en 1934 un livre qu’il intitule « Vers l’armée de métier » et qui va à l’encontre des doctrines officielles.

Ce livre trouve écho chez un certain Marcel Déat qui estime quant à lui « qu’il est nécessaire et urgent de rapprocher l’armée de la nation par l’éducation physique de la jeunesse, l’entraînement des réserves, la mobilisation industrielle de la nation » (1936). Cette même année (1936), de Gaulle semble avoir (déjà !) des idées sur le rôle politique de l’armée quand il écrit à Paul Reynaud : « on ne concentre un pays que sur un sentiment : celui du péril couru. Ne vous semble-t-il pas que le moment soit venu pour vous de jeter au premier plan la question de nos armes ? Hitler n’a pas fait autre chose pour rassembler l’Allemagne …  » Et quand, en 1938, le colonel de Gaulle publie, en reprenant des notes assemblées pour le maréchal Pétain, « la France et son armée », il veut « mettre en relief ce qu’il y a d’émouvant dans le destin d’une nation qui s’élève et s’abaisse en même temps que sa force militaire. »

Dufy.jpg
Peinture de R. Dufy (détail)

QUI A DU MAL À CIBLER L’ENNEMI.

Ces idées nouvelles restent marginales et, dans son ensemble, l’armée n’est pas prête à l’autocritique alors même qu’elle se trouve confrontée au risque d’une agression extérieure. La réflexion semble en effet marquer le pas au profit d’une lutte intérieure effective contre le Bolchevisme : les idées communistes et, pour une bonne part, celles du Front Populaire, apparaissent aux yeux de nombre de militaires, en contradiction avec l’idéal du soldat, idéal fait de discipline, de rigueur, … (dans « l’Étrange défaite », Marc Bloch résumera cet idéal par « les valeurs d’ordre, de docile bonhomie, de hiérarchie sociale, un peu de ce sens national. ») L’internationalisme des Communistes, « l’esprit de jouissance et de facilité » souvent attribué, de manière facile, aux adeptes du Front Populaire, heurtent profondément les officiers de l’armée française qui se voient, entre 1934 et 1939, dans une situation identique à celle précédant la chute de l’Empire romain. Ajoutons à cela que certains chefs, tel Philippe Pétain, gardent un souvenir obsessionnel des mutineries de 1917, exclusivement attribuées à une volonté bolchevique de détruire le sentiment national français au profit de l’Internationale des prolétaires. Certains clament alors haut et fort que l’Allemagne est le meilleur rempart contre le « péril rouge » : leur ardeur guerrière à l’encontre du chancelier du Reich sen trouvera considérablement émoussée.

Il est donc bien difficile de donner une image unique et figée de l’armée française à la veille de la Seconde Guerre Mondiale tant elle apparaît comme peu homogène face à la situation interne de l’Hexagone et face à la montée des périls extérieurs :
– antiparlementariste pour une bonne part mais pas totalement antirépublicaine,
– nationaliste certes, mais avec des nuances : le souci de la paix peut justifier quelques entorses à cette idée,
– garante de l’unité nationale, c’est son rôle théorique, mais souvent préoccupée de l’unité de bons éléments avec mise à l’écart de toute une partie d’indésirables dont les « Moscoutaires ».

APRÈS LA DÉFAITE :
L’ACCOMMODEMENT ViCHYSSOIS
ET LES PREMIERS RÉFRACTAIRES.

L’ARMÉE PERDUE.

La France se retrouve donc, en 1939, au sein d’un processus qui l’entraîne irrémédiablement au conflit. Pour certains historiens, 3 jours (du 13 au 15 mai) suffiront à l’armée pour perdre la guerre. Savoir ensuite qui était responsable, si la défaite était prévisible, si l’armée voulait vraiment se battre et gagner, savoir si, matériellement, elle le pouvait, autant de questions qui ont donné et donnent encore lieu à des réponses très diverses, parfois contradictoires.

Le rapport Dufieux, rédigé à la demande de Weygand et daté du 7 juillet 1940, montre que tout n’est pas si simple et que les explications lapidaires qui ont suivi la défaite masquait souvent la totale incompréhension de l’ensemble des acteurs et spectateurs de « l’ouragan Blitzkrieg ».

L’armée française laisse, en quelques semaines, 120 000 morts sur le terrain (proportionnellement, c’est davantage que dans l’enfer de Verdun) et 250 000 blessés. La défaite s’inscrit également en chiffre de prisonniers : 1 850 000 se retrouvent dans les oflags et stalags (ils seront encore 940 000 en 1944 et 37 000 sont morts en Allemagne).

Ces prisonniers seront un souci constant pour les familles françaises qui tentent, par colis interposés, de combattre leur solitude et cet ennemi de tous les jours qu’est la faim.

Officiellement, l’État Français s’occupe d’eux (Hitler ne l’a-t-il pas autorisé à être la « puissance protectrice de ses propres captifs » !). Le Maréchal leur prêche donc une sorte de « patriotisme passif » au travers des Cercles Pétain qui, à vrai dire, ne connaissent pas un vif succès. Pour ces prisonniers, officiers et hommes du rang, le pays semble bien les avoir abandonné et les problèmes de survie prennent le pas sur les considérations politiques.

L’ARMÉE D’ARMISTICE.

Quand le général Hutzinger est autorisé, le 22 juin 1940, à signer la convention d’armistice, le potentiel militaire se trouve neutralisé : l’armée d’armistice n’aura plus qu’un rôle de maintien de l’ordre intérieur. C’est en effet un ordre nouveau qui s’établit à partir du 25 juin, l’acceptation par Philippe Pétain des conditions d’armistice laissant supposer déjà qu’il entraînera le pays dans la voie de la collaboration avec les vainqueurs. L’homme de Verdun va s’efforcer de prouver à tous que « l’honneur est sauf » même si les prisonniers français apparaissent désormais comme de véritables otages politiques, même si l’armée est hors de combat pour bien longtemps, même si personne n’est dupe du désintérêt apparent du Reichfurher pour les flottes aériennes et navales.

Une bonne partie des cadres de l’armée française entoure Pétain : généraux et amiraux font irruption dans les hautes sphères de Vichy. Ne retrouvent-ils pas dans la Révolution Nationale, les idéaux de rigueur et de discipline qui permettront le « redressement intellectuel et moral » du pays face à « l’esprit de jouissance » qu’ils avaient tant décrié ? Tous ces militaires adhèrent donc de plein coeurà un régime qui leur permet de prendre leur revanche sur les parlementaires et d’entrevoir un avenir sans Bolcheviks.

DISSIDENTS ET RÉFRACTAIRES

Il y a cependant des militaires, et des civils, qui refusent l’engrenage de la défaite et de l’armistice. Si, le 17 juin 1940, Pétain (« le coeur serré ») se décide à cesser le combat, un sous-secrétaire d’état à la guerre que nous avons déjà cité comme auteur (… sans grand succès !), peu connu des Français, Charles de Gaulle, s’exile à Londres et lance un appel à continuer la lutte. D’autres militaires ont moins marqué la période mais ils existent : en même temps que de Gaulle, le général Cochet appelle les hommes placés sous ses ordres à ne pas désarmer

de_Gaulle.jpg
assiette commémorative : de Gaulle et le 6 juin 44 …
Détail amusant : à ce moment, de Gaulle est à Alger !

De Gaulle sera donc la figure emblématique des Français Libres, ceux-là même qu’à Vichy, on appelle « dissidents ». Le but de leur chef est clair : « remettre dans la guerre non seulement les Français mais la France. » Derrière la dissidence gaullienne, il y a donc un projet politique : après Montoire, il n’y a plus de gouvernement français et le but de la lutte est d’en rétablir un. Sera-t-il républicain ? Certains reprochent à de Gaulle de n’être pas très clair à ce sujet … mais, pour lui et dans l’immédiat, il est d’abord important de se battre. Il faut noter ici que l’appel de de Gaulle est un véritable appel à tous les Français, un « aux armes, Citoyens ! » dans la tradition des révolutionnaires de l’An II. Le clivage civil-militaire est aboli : en même temps qu’il estime que le gouvernement n’existe plus, le futur chef des F.F.L. ôte à ce qui reste de l’armée officielle toute légitimité patriotique.

Bâtir une France libre dotée d’une armée ne se fait pas sans mal. Même s’il réunit très rapidement autour de lui bon nombre d’officiers subalternes de qualité (dont Leclerc et Koenig) et quelques (rares) officiers supérieurs (dont Catroux), les combattants se laissent désirer (7 000 en juillet 1940 et la malheureuse affaire de Mars El Kébir n’arrange pas le recrutement !) et l’Empire tarde à basculer (l’échec de Dakar en septembre 1940 n’est pas là pour faire accélérer le mouvement). Cela n’est pas la preuve d’un maréchalisme à tout crin mais, pour beaucoup, officiers et hommes du rang rescapés de la défaite, il s’agit d’un problème de conscience : « la difficulté était devenue, non pas de faire son devoir, mais de le discerner » (François de Labouchère, Armée de l’Air en 1940).

Les dissidents existent cependant et le gouvernement de Vichy se découvre bientôt une autre épine dans le pied : les réfractaires, à l’intérieur même du pays, s’organisent peu à peu. Civils pour la plupart, ceux-là se veulent cependant membres d’une armée. Ainsi, l’OCM fait-elle appel à des officiers d’active et de réserve pour assurer son encadrement. Il y a au départ un déficit important en armes et en moyen financiers et les premières actions seront souvent des actes individuels (tel le geste de Jean Moulin). Il faut attendre 1941 pour que réseaux et mouvements commencent à s’organiser vraiment et portent des coups (souvent symboliques, au départ) à la fois en direction de l’ennemi et en direction des collaborationnistes.

FFI.jpg

Ces deux mouvements, dissidents et réfractaires, qui tendent à remplacer une armée « démobilisée » se connaissent mal et marchent donc souvent parallèlement. Il n’en reste pas moins que nous voyons apparaître à ce moment une nouvelle armée, corps informel, certes, mais qui renoue avec l’idéepatriotique et n’hésite pas à rompre le pacte tacite de séparation des pouvoirs qui existe entre les politiques et les militaires depuis 1910 : les armées de la reconquête du territoire national se donne un rôle politique et veulent assurer également la restauration d’un système.

COLLABORATION MILITAIRE
ET RECONQUÊTE NATIONALE.

VICHY ET LA COLLABORATION MILITAIRE.

Une part de l’armée française reste donc fidèle (pour diverses raisons) à l’État Français (dans l’Hexagone mais aussi dans l’Empire : 120 000 hommes, relativement bien encadrés, sont en Afrique sous les ordres de Weygand) et se pose alors le problème de son statut ausein d’une collaboration d’état.

Officiellement, Philippe Pétain refuse toute collaboration militaire (il le réaffirme dans une lettre à Weygand en novembre 1940) mais le 11 octobre 40, il s’est dit « prêt à une collaboration dans tous les domaines ». en mai 1941, Darlan (Protocoles de Paris) envisage de fournir aux troupes de l’Axe un soutien logistique dans l’Empire et de faire de Dakar un point d’appui pour la Kriegsmarine. Un conflit armé est même envisagé contre les États Unis et la Grand Bretagne.

Cette collaboration, fluctuante il est vrai, est donc réelle, au moins dans les esprits et compte tenu de l’existence de « réfractaires » et de « dissidents », elle déclenche en fait une véritable guerre franco-française.

Le 27 novembre 1942, avec l’opération Lila, l’armée d’armistice se trouve désarmée et démobilisée bien qu’elle fait preuve au moment de l’invasion de la zone libre d’une attitude correcte(« l’armée française, loyale, aide les troupes » écrit le maréchal Runstedt). La collaboration militaire est économique : entre 1940 et 1943, le matériel de guerre fourni par l’État Français au Reich représente 31 milliards de francs, pour moitié en matériel d’aviation. Cette situation laisse clairement entrevoir que la collaboration d’état prêchée par Pétain (qui rève encore de contreparties, de même que Laval) n’est, aux yeux du Führer, qu’une formalité sans suite : il s’agit plus, selon le mot de Jean Pierre Azéma de « collaboration presse-citron ».

Du côté des collaborationnistes parisiens, l’aide à l’Allemagne nazie, sous forme militaire, est une notion plus réelle qui s’inscrit dans la perspective de la lutte d’une nouvelle Europe contre le Bolchevisme. C’est ainsi que la Ligue Française des Volontaires contre le Bolchevisme (LVF qui constitue le 630ème régiment de la Wehrmacht , sous uniforme allemand) franchit le pas et combat (assez mal !) aux côtés des troupes de l’Axe. Doriot s’y engage dès septembre 1941. Notons tout de même que cette LVF n’est pas trop en estime à Vichy où l’on craint la formation d’un contre pouvoir parisien (un « gouvernement populaire » dirigé par Doriot) et n’est pas très attendue par le Furher qui limite ses effectifs à 15 000 hommes (ce chiffre ne sera d’ailleurs jamais atteint).

en juillet 1943, l’État Français franchit un nouveau pas en autorisant la création d’une sturmbrigade française au sein de la Waffen SS (connue sous le nom de Brigade d’Assaut).

La Milice, créée le 30 janvier 1943, se présente comme une police politique et paramilitaire qui s’éloigne donc de ce fait de l’armée, même si elle sera utilisée dans la lutte interne contre les maquis (ce sera le rôle de la Franc Garde, partie armée et encasernée de la Milice).

Notons qu’au dernier moment (novembre 1944), les restes de la 7ème strumbrigade de la Waffen SS, de la Franc Garde, de la LVF et des nouveaux volontaires formeront la Division Charlemagne au sein de la Waffen SS : ces 7 500 hommes seront envoyés sur le front de Poméranie où ils seront décimés (3 000 tués).

DANS L’OMBRE, UNE ARMÉE
ET DES FINALITÉS POLITIQUES.

Face à ces éléments d’armées qui choisissent le côté du vainqueur, une autre armée s’organise dans le pays même.

En août 1941, le PCF entre dans la résistance armée et s’attaque directement aux troupes d’occupation. Cette tactique qui soulève des représailles sanglantes est souvent sujette à critique mais les Communistes se regroupent dès 1942 au sein des FTP et mettent sur pied une armée clandestine qui est un modèle du genre (« seule organisation qui lutte efficacement contre les Allemands », dira le colonel Rémy). La lutte armée, mais ici cela n’est pas étonnant, se double d’un véritable programme politique qui s’appuie sur le Front National de lutte pour l’indépendance de la France.

Dans les milieux non communistes, le regroupement d’éléments armés s’organise de la même façon : ainsi, bon nombre de cadres de la défunte armée d’armistice se retrouve dans l’Organisation Métropolitaine de l’Armée qui deviendra l’ORA. De tendance très giraudiste, cette organisation se présente comme le pendant hexagonal de l’armée d’Afrique.

Le Service du Travail Obligatoire (STO) va avoir l’effet « pervers » de pousser à la création des maquis appelés, par dérision, « armée Sauckel » (du nom du planificateur allemand de récupération de la main d’œuvre). L’hiver 1942 voit ainsi la naissance de groupes militaires locaux qui, s’ils n’ont pas toujours, faute de moyens, toute l’efficacité pratique souhaitable, pèsent tout de même d’un certain poids dans les orientations stratégiques et politiques d’ensemble.

Cette levée de réfractaires de plus en plus nombreux et issus de tous les horizons fait que l’on peut parler, en 1943, d’une véritable armée de l’intérieur (idéologiquement hétéroclite et sans uniforme) qui participe à poser les fondements d’un réel état clandestin. Ce sera d’autant plus vrai à partir du moment où est créé le Conseil National de la Résistance (27 mai 1943) qui permet à cette armée de l’intérieur de converger avec les forces libres de l’extérieur. La voie est ouverte pour une armée populaire qui, outre la tâche de reconquête du territoire national, devra mettre sur pied un nouveau système politique.

DISSIDENCE :
ACTION MILITAIRE ET ACTION POLITIQUE.

En Afrique du Nord, la neutralité de Weygand qui s’appuie sur sa fidélité au Maréchal pousse les Anglo-américains à exclure de l’opération Torch (printemps 1942) toute participation des troupes françaises. Par la suite, les Américains, avec Murphy, se rapprochent de Giraud pour associer l’armée française qui apparaît comme un réservoir de combattants assez intéressant. Giraud est un militaire et n’a que des projets militaires. La politique ne l’intéresse pas et il est hostile à toute idée de gouvernement provisoire. Il n’en va pas de même pour Charles de Gaulle. Celui-ci apporte certes de l’importance aux opérations militaires qu’un Leclerc ou un Koenig mènent en Afrique (la résistance de Bir Hakeim en mai-juin 1942 aura une répercussion importante dans l’opinion publique) mais il voit plus loin : pour rétablir la souveraineté française, il ne suffit pas d’un état major de campagne, il faut aussi un gouvernement. Bien évidemment, les Anglo-américains entrent plus facilement dans le jeu de Giraud : ils ont leur propre conception de l’après-guerre qui ne donne pas au rétablissement de la République Française une priorité immédiate (The Allied Military Government of the Occupied Territories n’est pas là pour rien !). A la conférence d’Anfa (janvier 1943), ils s’engagent cependant à équiper une dizaine de divisions françaises et tentent, en y invitant Giraud et de Galle, d’aplanir les difficultés qui pourraient surgir du choc des deux personnalités.

Jean Monet poussera Giraud à se rapprocher des thèses gaulliennes et l’amènera à reconnaître, dans son discours du 14 mars 1943, que remettre en place les institutions républicaines est l’une des tâches des combattants français. Avec l’arrivée de de Gaulle à Alger en mai 1943, l’influence de Giraud s’amenuise y compris dans le cadre de l’armée : les FFL attirent davantage que l’armée conformiste de Giraud. Les différences demeurent cependant et l’on verra ainsi, après la victoire de Tunis, deux armées françaises défiler séparément.

Arrivé à ce stade, de Gaulle énonce clairement que le pouvoir militaire doit être subordonné au pouvoir civil et il arrive à ses fins : le commandant en chef des forces armées (Giraud) sera nommé par décret et le président du Comité de Libération Nationale (lui-même) est élu et rééligible.

S’UNIR POUR VAINCRE.

L’unité nationale reste donc à créer, la question lancinante des institutions politiques qui divise, à l’extérieur, certaines personnalités ne risque-t-elle pas de se poser avec davantage d’acuité dès lors que se retrouveront dans le même combat final les forces de l’intérieur et celles venues de Londres ou d’Afrique ? La notion que l’on va alors avoir de l’armée est capitale.

On l’a vu, les difficultés ne manquent pas quand il faut réunir les frères séparés de l’armée d’Afrique et les FFL. Le général Koenig se montre ici diplomate et la constitution, sous la seule autorité du général Juin, de divisions nées de choix opposés pour former le corps expéditionnaire français en Italie marque la réussite de la politique de « l’amalgame » chère à de Lattre. Pour lui, « il faut que l’ensemble des troupes forme une armée et non une juxtaposition d’unités ».

Le problème se pose de manière plus accrue lorsque se rencontrent les armées de l’extérieur et celle de la Résistance. Il semble que les dirigeants du GRPF n’aient pas pris conscience très tôt des difficultés que cela allait poser : on avait en effet pensé à incorporer des individus, pas des unités entières de FFI. Or l’action des FFI en 1944 a prouvé l’efficacité de ces troupes mais elles ont souvent une certaineméfiance face à cette armée d’Afrique de type traditionnel, voirecolonial. En fin de compte, le commandement militaire va demander aux FFI qui souhaitent continuer la lutte de signer un engagement jusqu’à la fin de la guerre. Les autres seront désarmés pour éviter la survie, en province, de bandes armées susceptibles de désordres (ou de contre-pouvoir, même si cela n’est pas dit).

De Lattre réutilise la formule de l’amalgame et la 1ère armée française s’enrichira ainsi de 114 000 FFI. Pour lui, le but est clair : former une armée nationale avec des éléments venus de tous horizons politiques. Bien entendu, il ne lui donne aucun rôle politique : la Gueuse et la Grande Muette retrouvent chacune leur rôle.

POUR CONCLURE…

Le cheminement de l’armée française dans la période qui s’étend des troubles de 1934 à la fin de la reconquête du territoire national au printemps 1945 est donc un périple mouvementé où toutes les phases possibles d’une prise de position face au pays et au régime sont représentées.

Nous avons, au départ, une armée qui, devant l’opinion, ne se préoccupe pas d’affaires politiques même si l’attitude de ses membres nous la montre partie prenante, d’un côté ou de l’autre, des soubresauts qui divisent la Nation. Elle est, de ce fait, peu à même de répondre à sa mission de « rassembleur » patriotique, mission qu’elle feint cependant de considérer comme essentielle puisqu’elle se présente comme seule garantie de l’intégrité nationale. Mais elle est à l’image de la Nation : trop divisée de fait.

La défaite de 1940 la plonge dans le désarroi le plus total. Ses membres, du moins ceux qui restent libres, doivent choisir entre un système politique pour qui beaucoup ont les yeux de Chimène mais qui ne peut plus leur donner aucun rôle militaire et quelques hommes, des « dissidents », qui font fi du dogme, bien militaire, d’obéissance aux chefs pour tenter de renouer avec la démocratie.

D’un côté comme de l’autre, il y a un choix et il est politique. Tous doivent franchir le pas, même si certains le font tout en se gardant bien de l’admettre.

Face à cette armée de militaires ou, du moins, ce qu’il en reste, s’organise, lentement au tout départ mais de plus sûrement, une troupe de civils, une armée sans uniforme, hétéroclite idéologiquement et qui tient à ses différences. Ses buts sont clairement avoués et sont d’ordre politique : le combat armé n’est qu’un moyen et il doit permettre de rétablir, d’abord, l’unité nationale, ensuite, l’ordre républicain et cela même si, pour tels ou tels, les mots ne recouvrent pas le même rêve. En entrant dans l’Histoire « par la grande porte », cette armée fera quelque peu oublier celle de la défaite et le choix, parfois douteux, de quelques-uns de ses membres : face à la Nation, elle sera populaire, patriotique et républicaine. D’elle et de son amalgame avec les troupes officielles restées hors du compromis vichyssois, naîtra l’armée de la IVème République. Paradoxalement, cette armée, porteuse au départ de l’idée démocratique, va très rapidement se trouver engagée dans des conflits où elle aura à interdire à d’autres peuples le « droit à disposer d’eux-mêmes ».

Dans le discours de Bayeux (16 juin 1946), le général de Gaulle parlait de l’écroulement de « l’échafaudage d’une autorité qui n’était que fictive, bien qu’elle fut, en apparence, constitutionnellement fondée. » Face aux peuples d’Indochine et d’Algérie, l’armée de libération qu’il avait personnalisée sera lâchée pour empêcher l’écroulement d’un échafaudage du même type.

Dans la forêt des sigles :

UNC : Union Nationale des anciens Combattants (organisation la plus forte qui regroupe en 1934 300 000 adhérents. Proche des Croix de Feu, extrême droite).

ARAC : Association Républicaine des Anciens Combattants (regroupe les gens de gauche).

FFL : Forces Françaises Libres (volontaires recrutés par de Gaulle avec l’autorisation de Churchill après leur accord du 7 août 1940).

OCM : Organisation Civile et Militaire (un des premiers noyaux de résistance créé en juillet 1940 et sans orientation politique précise).

FTP : Francs-Tireurs et Partisans, on dit aussi FTPF pour Francs-tireurs et Partisans Français (Créés dès 1940, ces groupes, très actifs, d’obédience communiste furent intégrés aux FFI en février 1944 mais gardèrent toujours leur indépendance idéologique. Ils furent les parents pauvres de la résistance en ce sens qu’ils bénéficièrent moins de l’aide alliée et gaulliste … on devine pourquoi !)

ORA : Organisation de Résistance de l’Armée (elle est essentiellement encadrée par des officiers de l’ancienne armée régulière et représente la tendance droite face aux FTP).

FFI : Forces Françaises de l’Intérieur (le nom apparaît en février 1944 et regroupe l’ensemble des forces de résistance en France même sous l’autorité de Koenig).

CC BY-NC-ND 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 .

Les commentaires sont clos.