Castel Ardéchois

Castel Ardéchois

Des Châteaux en Ardèche …

Les hasards de la vie (ou le destin) ont fait que nous sommes, pour le moment, installés face à l’Ardèche avec la seule vallée du Rhône pour nous séparer de ce bout de montagne à la réputation austère et inhospitalière. Ce département regroupe l’ancien Vivarais, petit pays annexé à la couronne de France en 1305 : il était jusqu’alors terre du Saint Empire Romain Germanique (mais où es-tu donc, France éternelle de Clovis ?). Sa capitale (avant 1789) était Viviers qui ne garde aujourd’hui que le pouvoir spirituel avec le siège de l’évêque, le pouvoir temporel étant désormais à Privas où trône le préfet.

Pour qui survole rapidement les offres dispensées par les maisons de tourisme et autres syndicats d’initiative, l’Ardèche se résume bien souvent au Vivarais du sud : le site de Pont d’Arc est dans toutes les mémoires (il a meublé bon nombre de livres de géographie au chapitre « érosion »), et les gorges de la rivière passent pour être « un des plus beau canyon de France ». Là, on parle de la Cévenne Ardéchoise et d’un espace rural « dévitalisé » : il est vrai qu’autant ces paysages offrent au visiteur estival une image idyllique, autant on imagine les difficultés à y vivre les longues soirées d’hiver (« Qui voit Cévenne, voit ses peines … »).

Il existe une Ardèche moins connue : celle du Nord, on dit aussi l’Ardèche verte, que nous pouvons voir chaque jour (au moins, en partie !) depuis la fenêtre de notre salon.
La vallée du Rhône qui sépare Drôme et Ardèche, est un espace ou l’activité humaine déborde, c’est le moins qu’on puisse dire. Les principales villes ardéchoises qui bordent cette vallée voient donc leur économie tournée vers le fleuve. Mais il existe aussi des chemins de traverse qui nous permettent des surprises agréables dès lors qu’on s’éloigne du fleuve pour aller vers le plateau.

Laissez-nous vous en proposer quelques-unes.

Il y a d’abord ces deux petites vallées qui font oublier qu’à quelques kilomètres de là, les usines Rhodia et quelques autres empuantissent la vallée du Rhône:

La vallée de la Gance

Gance1.jpg
Ay4.jpg

La vallée de l’Ay

Ay1.jpg
Ay2.jpg
Ay3.jpg
Ay4.jpg

En descendant, au sud de Tournon, le château de Crussol, formidable forteresse qui domine la petite ville de Valence (là même où fut roué vif, Mandrin, « le bandit bien aimé » un 26 mai 1755) est sans doute le plus connu des châteaux ardéchois.

crussol1.jpg

Les ruines occupent le sommet d’un piton de roches calcaires (la « Montagne de Crussol » est longue de 3 kilomètres qui culmine à 400 mètres. Une pente abrupte de 250 mètres assure à la forteresse une protection naturelle impressionnante.
La construction du château débute au XIIème siècle, sous le règne d’un seigneur nommé Gérald Bastet mais le nom de Crussol (Cruciolo dans sa forme latine) est mentionné dès le Xème siècle dans le cartulaire de l’Abbaye de Saint Chaffre.

crussol2.jpg

crussol3.jpg

L’ensemble des ruines regroupe, sur 3 hectares, le village (la Villette), gros d’une centaine de maisons à l’abri derrière un premier rempart et le château lui-même. Propriété de la famille d’Uzès, la demeure seigneuriale cessera d’être habitée au XVIème siècle ( vers 1565, on lui préfèrera alors le château d’Uzès, plus confortable). Au moment des Guerres de Religion, le site retrouve son utilité militaire : investi par les Protestants en 1573 (les Crussol-Uzès font partie des grandes familles nobles converties très tôt au calvinisme), il sera consolidé et les fortifications réaménagées. Rappelons qu’à ce moment, la vallée du Rhône et le Dauphiné sont sous la coupe du Baron des Adrets, que d’aucun considèrent, même dans son propre camp, celui des Calvinistes, comme un véritable prédateur. Dès 1562, Jacques de Crussol avait conquis bon nombre de villes du Languedoc pour le compte des Protestants. Les Catholiques reprendront cependant le site de Crussol et il sera finalement rasé au XVIIème siècle.

crussol10.jpg

Mais laissons Crussol à sa hautaine splendeur et redescendons les rives du Rhône. A 15 km environ, la rivière Eyrieu rejoint le seigneur des fleuves (à Beauchastel, plus exactement). La vallée de l’Eyrieu nous conduit vers les hauteurs du Haut Vivarais. Nous la laisserons à Saint Laurent du Pape pour emprunter une petite route sinueuse (pléonasme en Ardèche ?), à flanc de montagne, qui va nous conduire à Pierregourde. A Crussol, les ruines sont quelque peu aménagées … à Pierregourde, par contre, c’est la désolation à l’état pur (c’est aussi ce qui fait le charme du site …) et le spectacle vaut le détour.

PG1.jpg

« Du haut d’un sommet élevé, le château de Pierregourde semble menacer encore la vallée. Le souvenir de ce fameux chef de brigand plane encore sur les rives de l’Eyrieu ; quand on va du Pape ou de la Voulte à Vernoux, on peut passer sur les ruines même du castel jadis si redouté. Je ne sais quel aspect de désolation règne sur le mamelon dont il occupe la cime : de ses créneaux brisés, de ses bastions écroulés, gisant ça et là sur le sol, la vue s’allonge sur la vallée de l’Eyrieu et de là s’élance par dessus le bassin du Rhône jusque sur les plaines du Dauphiné » (Albert du Boys in Album du Vivarais).

PG2.jpg

Le visiteur pressé qui a absolument besoin de poser sa voiture au pied du château aura tout manqué. Par contre, celui qui accepte de monter à pied les quelques deux kilomètres de chemin empierré qui conduisent vers les ruines ne regrettera pas la promenade : il découvrira, de chaque côté, les sommets sauvages du Vivarais et, s’il fait beau, les premiers contreforts du Vercors et les petites vallées qui convergent vers celle de l’Eyrieu.

De loin, le château semble être poussé de la montagne : il fait corps avec le piton qui culmine à 600 mètres. Vu de loin, il apparaît donc comme un ensemble compact mais à mesure que l’on s’approche, on prend conscience de l’importance du site : outre le corps de logis et quelques restes de tours, le visiteur découvre en effet un ensemble de constructions qui s’échelonne autour du château sur des genres de terrasses.

PG7.jpg

Il est fait mention de Pierregourde dans un registre de 1217 (un terrier) qui énumère les rentes dues au seigneur du lieu. Celui-ci percevait une partie de ses rentes en cire d’abeille. Plus tard, en 1325, nous retrouvons trace dans un autre document de Hugon IV, seigneur de Pierregourde et fils de Giraud du même nom.

Mais le personnage qui a le plus marqué ce château est sans doute François de Barjac (le fameux chef de brigand dont parle Monsieur du Boys), une des personnalités locales du parti huguenot, mort au combat de Mesignac, le 31 octobre 1568. Les légendes, en Ardèche, le présente souvent comme un chef de bande sans foi ni loi. Cette réputation est nuancée par le même Albert du Boys dans son Histoire du Languedoc (tome V).: « François de Barjac, sire de Pierregourde, qui fut dans son temps le capitaine le plus renommé des Protestants du Vivarais, est arrivé à la postérité avec deux figures dont les traits ne sont nullement semblables : il y a en lui l’homme de l’histoire et l’homme de la tradition. L’homme de l’histoire est un général actif, plein de ressources et d’intrépidité dans le péril. Du reste ni plus ni moins sanguinaire que les autres chefs des deux partis. L’homme de la tradition réveille au contraire, chez les villageois de la vallée de l’Eyrieu, l’idée d’une espèce de brigand semblable au capitaine de routiers du Moyen-Age. Suivant l’histoire, Pierregourde, proclamé, après la Saint Barthélemy, commandant du Vivarais pour les religionnaires, n’aurait point obéi au fanatisme révolutionnaire qui l’aurait élevé à ce poste important. La preuve en est que, de concert avec M. de Cugières, il aurait fait faire aux Vivarais des deux partis, catholiques et protestants, une sorte de confédération d’après laquelle ils se seraient garantis une paix mutuelle et se seraient même engagés à se secourir réciproquement s’ils étaient attaqués les uns et les autres. Par suite de ce traité, l’agriculture put revivre et le commerce refleurir. »

Mise à part cette référence aux périodes troublées des guerres de religion, il existe peu de documents sur Pierregourde : il faudrait sans doute que le site soit fouillé (mais il est propriété privée !) pour en savoir plus…

PG10.jpg

Pour conclure, sur ces châteaux d’Ardèche, je voudrais citer un texte de Paul Perrève (in La Burle. Ed. J.C. Lattès. Paris 1981). L’auteur, ancien médecin de campagne, y décrit la rudesse du pays d’Ardèche battu par les vents (la burle, dans la langage du Vivarais, est « ce vent vif et glacé qui balaie les hautes terres », un vent qui, quand il entraîne la neige, fait qu’on ne sait plus où est la route et où est le précipice …). Ce texte illustre bien le sentiment qui saisit le visiteur quand il découvre les sommets de Pierregourde.

« Il m’est devenu clair, l’évidence même, que l’homme est un accident par ces terres hostiles, inhospitalières. Oh ! Un petit accident de rien du tout, atterri là par hasard, qui s’obstine à y subsister, entortillé dans sa solitude, agrippé à sa misère, mais qui tôt ou tard disparaîtra comme il est venu, vaincu, sans laisser de traces. La burle, patiente, aura le dernier mot. Déjà la forêt mange ça et là bien des cultures, envahit tant de hameaux où l’homme a disparu à jamais … Rude, la montagne du Haut Vivarais n’en est que plus belle, car puisant sa beauté au tragique, une beauté que la sueur des hommes a nourrie, goutte à goutte, que sa détresse a rendue plus glorieusement hautaine, plus souverainement insolente. Une terre qui n’en finit pas de vous chasser et de vous retenir, de vous retenir pour mieux vous chasser, avec cruauté, chuchotant à l’oreille de qui sait l’entendre son terrible message, que la vie et la mort ne sont que des illusions d’homme. »

Les amateurs de châteaux médiévaux pourront retrouver la présentation de ces deux monuments sur http://www.casteland.com . Ce site vous permet de visiter un nombre impressionnant de forteresses médiévales à travers tout l’hexagone.

CC BY-NC-ND 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 .

Les commentaires sont clos.