Archives de
Catégorie : Poesie & Culture

Le titre parle de lui-même, ici c’est culturel…

A propos de l’entretien avec Glenmor …

A propos de l’entretien avec Glenmor …

Je livre ici, un peu en vrac, quelques notes rassemblées au cours de mes lectures et qui doivent pouvoir préciser quelques-uns des propos de Glenmor … Tout cela n’a rien d’exhaustif et j’accepte volontiers toute précision venant de mes lecteurs. Je n’ai pas voulu, en particulier, prendre position dans le débat sur l’idéologie développée par certains membres du mouvement breton pendant la période troublée de la Seconde Guerre Mondiale.

Entretien avec GLENMOR (seconde partie)

Entretien avec GLENMOR (seconde partie)

Je voudrais aborder le côté, non pas chrétien, mais plutôt « christinanique » qui apparait dans nombre de tes chansons, également dans tes livres … Bien sûr ! Cela aussi fait partie des mythes auxquels on fait référence pour être compris. Lorsqu’un auteur fait appel à des mythe comme Dieu, le paradis … c’est parce que les gens le comprennent. Si tu veux parler d’une idée abstraite sans faire référence à des mythes, les gens ne peuvent pas te comprendre. Ou alors,…

Lire la suite Lire la suite

Entretien avec GLENMOR (première partie)

Entretien avec GLENMOR (première partie)

Cette photo de Alain Marouani est un détail de la pochette du disque paru chez Barclay et qui fit vraiment connaître Glenmor après la diffusion confidentielle de son disque édité à compte d’auteur « A la Mutualité ». Je vous propose, pour commencer, le texte d’une chanson enregistrée sur l’album « Princes, entendez bien » (le Chant du Monde). On trouve ce texte dans le second coffret de 2 CD édité par : l’Association Glenmor an distro c/o Fañch BERNARD 6, rue Traverse de…

Lire la suite Lire la suite

Qui sauvera notre Terre ?

Qui sauvera notre Terre ?

Préambule Honte à toi qui recueilles ces textes Qui ne sont de l’hérésie que le prétexte Il n’y a ici que bafouille ingrate Que texte inspiré par la scélérate Poésie qui n’est que de rimes Dérision face aux poètes sublimes Honte à toi l’infâme qui croit écrire Ta poésie n’en a que le désir…